Non classé

Apprendre le violon : avec ou sans solfège ? + Podcast

Aujourd’hui, à l’occasion de la publication de mon tout premier podcast, je vous donne mon avis sur une question assez polémique : peut-on apprendre le violon sans solfège ? Quelle méthode est préférable ?
Si vous préférez le format écrit, j’ai retranscrit tout le contenu audio en un article , disponible juste en dessous 🙂

Cliquez sur play pour l’écouter !

Quand je discute de mon métier avec des inconnus, une idée qui revient systématiquement c’est celle selon laquelle ils auraient rêvé de jouer d’un instrument de musique, mais avaient été dégoutés ou rebutés par la case “Solfège”.
Dans cet article nous verrons ce que l’on regroupe sous ce nom barbare 🙂 et je vous expliquerai en quoi le monde des écoles de musique a beaucoup changé, et pourquoi ce qui était vrai il y a quelques années ne l’est plus aujourd’hui.
Je vous montrerai qu’il est tout à fait possible de commencer un instrument sans apprendre le solfège et je vous exposerai les avantages et inconvénients de chaque méthode, afin que vous puissiez choisir celle qui vous correspond le mieux 🙂

Vade retro Solfège !!

Tout d’abord sachez qu’il n’existe plus à proprement parler de cours de solfège dans les conservatoires, ces derniers ayant été remplacés par des cours de “formation musicale” ( FM ) suite à une réforme du ministère de la culture en 1977.
Dans ces cours on apprend toujours à lire des partitions ( notes, rythmes… ), à les analyser, à exercer son oreille mélodique et harmonique, à chanter, on s’initie à l’histoire de la musique, etc.

La principale différence est que l’apprentissage n’est plus totalement abstrait et “mécanique” comme au temps du solfège, mais directement en lien avec une pratique musicale et instrumentale ou vocale. Ainsi il n’est plus imaginable qu’on demande à l’élève d’effectuer deux ans de solfège avant de pouvoir espérer toucher un instrument ! On commence la FM en même temps que la pratique instrumentale, et les cours sont beaucoup plus ludiques.

Il n’empêche que cette pratique fait toujours peur à une grande partie des personnes qui rêveraient d’apprendre un instrument de musique.

Qu’est ce qui nous effraie dans le solfège ?

Je pense que ce qui fait le plus peur aux débutants, c’est le fait de devoir quasiment apprendre un autre langage, une autre écriture, celle des partitions musicales. Oui la lecture de notes fait peur, et je connais même des musiciens pro qui l’ont toujours en horreur 😛
C’est vrai que c’est impressionnant mais je vous rassure, c’est comme tout, avec les bonnes méthodes, ça vient vite !
La vraie question qui se pose aux débutants est donc : est-il nécessaire de savoir lire la musique pour pouvoir commencer à en jouer ?

NON ce n’est pas nécessaire, et certaines personnes seront plus à l’aise avec une approche complètement orale de la musique, tandis que d’autres préfèreront l’aborder de manière écrite.

Apprendre le violon sans solfège ?

Il y a plusieurs façons d’apprendre à jouer un morceau sans lire la musique. Vous pouvez jouer une mélodie d’oreille, en écoutant un CD par exemple et en la reproduisant ensuite sur votre instrument, en observant la façon de faire d’un violoniste sur une vidéo, en cours ou entre amis, et en l’imitant.
Vous observez, puis vous apprenez par coeur pour pouvoir rejouer le morceau en entier.
Cette technique fait travailler votre oreille et votre esprit d’analyse, qui sont deux choses essentielles pour progresser au violon. Ces qualités sont indispensables si vous souhaitez jouer dans des styles “populaires” comme le jazz ou les musiques traditionnelles, qui sont le plus souvent transmises de manière orale. Vous acquerrez ainsi une grande autonomie et une excellente oreille. Si vous avez déjà une expérience musicale, une bonne oreille et que vous êtes observateurs et débrouillards, cette méthode pourra vous convenir. Cependant, cela prend du temps de décoder et apprendre par coeur chaque morceau que vous devez jouer, et vous êtes obligés d’avoir un exemple sonore ou visuel afin de pouvoir le copier.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu   Mon défi : #22/30 Shallow - A star is born

Il existe également d’autres systèmes de notation , comme par exemple celui des tablatures, mais je ne les recommande pas, car le violon n’étant pas doté de frettes, ce système est beaucoup moins évident que sur une guitare par exemple. Il faut donc apprendre à décoder les tablatures et à les appliquer sur l’instrument, alors autant le faire avec de vraies partitions, même si cela demande un petit peu plus de temps au départ.

Apprendre le violon avec solfège ?

Comme je le disais plus haut, il ne s’agit plus d’apprendre à lire la musique comme une langue étrangère, avant de jouer sa toute première note ! C’est beaucoup plus logiquement, qu’aujourd’hui, on apprend la théorie en même temps que la pratique, au fur et à mesure de son avancé technique. En d’autres termes vous apprenez petit à petit à lire les notes que vous savez jouer 🙂
Le gros avantage c’est que vous pourrez par la suite déchiffrer n’importe quelle partition , même un morceau que vous n’avez jamais entendu. Mais en plus vous n’aurez pas besoin de l’apprendre par coeur pour pouvoir le rejouer, vous pourrez suivre un cursus classique en conservatoire, jouer en orchestre et en petit ensemble.
L’inconvénient c’est qu’il vous faudra apprendre à lire la musique, et que cela peut prendre du temps avant d’être vraiment à l’aise. Et ce n’est pas la partie la plus ludique, il faut bien l’avouer 🙂
La lecture de notes peut également vous donner l’habitude de ne pas exercer votre oreille et votre esprit d’analyse, et vous pouvez vous retrouver bloqué lorsqu’on vous demande de jouer sans partition, d’improviser ou de jouer d’oreille !

Soyez polyvalent !

Voilà je vous ai exposé les deux différentes méthodes. Mon conseil personnel serait bien sûr d’allier les deux, c’est à dire d’être capable de lire une partition, mais également de jouer une mélodie à l’oreille ce qui ferait de vous un instrumentiste complet et polyvalent !

Si vous débutez choisissez la méthode faisant appel au sens avec lequel vous êtes le plus à l’aise. Chaque cerveau étant différent, il n’y a pas de vérité absolue, l’important c’est que vous vous amusiez, que vous ne vous découragiez pas et que vous puissiez jouer la musique que vous aimez ! Lorsque vous aurez bien développé votre technique je vous encourage à aller vous essayer à l’autre méthode , et ainsi développer des qualités différentes et sortir de votre zone de confort, ce qui vous fera énormément progresser !

Je vous invite à me partager votre propre expérience car vos témoignages m’intéressent et peuvent intéresser les autres lecteurs et auditeurs ! Alors à vos commentaires et à très bientôt 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

3 Comments

  • Cécile

    Bonsoir,
    Je trouve que c’est une excellente question mais je pense aussi comme vous qu’on a besoin des deux pour progresser et varier les plaisirs. Toutefois, ayant appris en conservatoire pendant plusieurs années, j’ai souvent tendance à être “bloquée ” pour jouer des musiques écoutées que je souhaite reproduire ou tout simplement pour improviser. Difficile pour moi de m’écarter d’une partition! Je pense que si j’avais débuté sans partition, j’aurai peut être développé une meilleure “oreille”, qui me fait défaut parfois, et une meilleure aisance et confiance dans ma manière de jouer.
    Maman de deux jeunes enfants j’aimerai leur apprendre, mais je ne sais pas comment m’y prendre et les faire progresser.. Pour l’instant ils prennent plaisirs à jouer à corde à vide en variant différentes possibilités avec l’archet. J’aimerai qu’ils gardent du plaisir tout en progressant, mais comment m’y prendre? Je suis preneuse de conseils, sachant que j’aimerai qu’ils aient une autre approche que celle que j’ai eu en conservatoire il y a 30 ans maintenant.

    • Marie Leloup

      Bonjour Cécile, désolée de ma réponse tardive ! Effectivement la notion de plaisir est très importante et primordiale chez les enfants ! Vous pouvez les faire travailler par mimétisme, en leur demandant de vous imiter sur de courtes phrases musicales. Cela fera travailler leur sens de l’observation ainsi que leur oreille. Vous pouvez également les faire improviser sur de la musique, de manière complètement libre, s’ils ont la chance de ne pas avoir de blocages, cultivez leur spontanéité et leur créativité !

Laisser un commentaire

Voulez vous recevoir gratuitement mon "Guide du violoniste débutant" ?